Christophe Cuenot

Bien choisir son accès internet

De nos jours, toutes les entreprises disposent d’un accès internet, mais comment bien le choisir ?

 

Avant d’aborder quelques principes permettant d’aiguiller le choix, il convient de rappeler les éléments techniques primordiaux dans les accès internet.

 

Le premier est la latence, que l’on peut résumer au temps mis pour qu’un message aille de sa source à sa destination. Ce temps est défini par de nombreux éléments comme le temps de circulation (que ce soit la fibre optique, ou les câbles électriques, la vitesse au sein des deux supports est sensiblement la même, à savoir environ 75 % de la vitesse de la lumière dans le vide), du nombre d’équipements que l’on traverse. Ces derniers peuvent être plus ou moins performants et donc avoir un impact plus ou moins important. Généralement, il y a peu d’actions permettant d’influencer ce temps, les joueurs connaissent bien cette contrainte et les ajustements possibles offerts par quelques box internet.  Cependant ce temps permet d’avoir relativement facilement une information sur une possible dégradation (saturation du réseau, problème de traitement sur un équipement…) par rapport à une valeur référence en situation nominale.

 

Ordre de grandeur de la latence :

 

Lien Distance (km) Temps (ms)
Paris – Bangkok 9444 170
Paris – New-York 5812 79
Paris – Sydney 16964 258
Paris – Londres 341 8,6
Paris – Strasbourg 397 7,6

(Https://wondernetwork.com/pings/paris)

 

Le second principe est le « débit internet », il est parfois inter changé avec la bande passante. C’est un petit abus de langage, le débit internet est la mesure de la vitesse à laquelle les informations sont transmises ; tandis que la bande passante désigne la capacité d’une liaison. Le débit internet ne peut pas dépasser la bande passante d’une liaison.

La bande passante est exprimée en bit par second (kbps, Mbps, Gbps…).

 

Dans le cas des offres d’accès internet, on parle également de débits montants et de débits descendants. Il s’agit simplement du sens de communication, suivant l’activité, l’asymétrie de ces débits pouvant être une contrainte.

Sans être exhaustif, voici un rapide rappel de débits des liens réseau que l’on rencontre fréquemment :

 

Ordre de grandeur des débits proposés :

Technologie Descendant Montant
ADSL 8 Mbit/s 800 kbp/s
ADSL 2+ 20 Mbit/s 800 kbp/s
VDSL2 95 Mbp/s 30 Mbp/s
Câbles 1 Gbp/s 100 Mbp/s
Fibre 8 Gbp/s 700 Mbp/s

Débit théorique montant/descendant par technologie

 

Comment choisir

Dans le cadre d’une utilisation personnelle, les critères sont souvent le prix, le débit et les services associés. Mais dans le cadre d’une utilisation professionnelle, comment choisir son réseau internet ? Quels sont les éléments les plus significatifs ?

 

Il n’existe pas de solution magique, mais juste quelques axes permettant d’orienter le choix.

 

Le débit

Le premier critère est sans aucun doute, le débit. Le débit nécessaire est différent pour un système de Visioconférence en haute définition et pour de la consultation de mails. En effet, la Visioconférence nécessite un débit important et une faible latence. Le mail supportera plus facilement une légère congestion. C’est à dire un ralentissement dans l’acheminement du message. Ces problématiques sont souvent gérées via des mécanismes de QoS (Quality Of Service)

 

Une étude du SETDA (The State Educational Technology Directors Association) de 2016 indique qu’un débit de 4,3Mbps (http://www.fibre-pro.fr/2019/05/21/debit-internet/) par utilisateur est une bonne approche pour l’usage professionnel.

Il existe quelques outils proposés par les opérateurs de service Saas ou des fournisseurs d’accès internet qui peuvent aider à faire une estimation de la bande nécessaire. Ils reposent sur de simples calculs d’un usage type multiplié par le nombre d’utilisateurs. Pour l’usage de ces outils il convient de connaître précisément ses besoins.

(https://oneringnetworks.com/bandwidth-calculator ; https://www.sd-wan-experts.com/o365-bandwidth-calculator/)

 

Le débit symétrique est de base dans les offres qui s’adressent aux entreprises. Dans l’hypothèse de l’utilisation d’une offre pour les particuliers, l’asymétrie du trafic sera une contrainte supplémentaire à prendre en compte. Le tableau présenté précédemment montre le décalage important entre le flux montant et descendant.

 

Les engagements de service

 

Le second critère est les engagements de services.

 

En cas de forte utilisation, il peut y avoir des périodes de congestions, c’est à dire un ralentissement du réseau en raison d’une surconsommation, pendant lesquelles, le débit disponible peut être inférieur au débit nominal. Ces fluctuations peuvent, dans les cas de flux sensibles (vidéo par exemple) avoir un impact sur la qualité du service. La garantie de bande passante vers internet par l’opérateur permet de disposer en permanence de la bande passante achetée. Les offres pour les particuliers ne disposent pas de cette garantie. Celle-ci a bien évidemment un coût, les opérateurs devant réserver cette bande passante sur leurs infrastructures. Cette garantie est plus ou moins importante selon les besoins de l’entreprise. Il est donc nécessaire de bien comprendre le besoin pour anticiper ces besoins.

 

Le second aspect des engagements de service concerne les moyens que l’opérateur devra mettre en œuvre pour la résolution des incidents. Les deux critères sont le temps d’intervention (durée pour la prise en compte de votre incident et le début de la résolution) et le temps de rétablissement (durée avant le retour du service) permettant d’avoir une implication plus forte des opérateurs lors d’un incident. Généralement, ces engagements s’accompagnent de pénalités.

 

La résilience

Dans le cas d’une utilisation domestique, une interruption de service est agaçante mais ne prête que très rarement à conséquence. Dans le cas d’une entreprise, l’interruption est souvent bien plus préjudiciable. Si l’activité de l’entreprise est directement liée à des ressources accessibles via internet, il peut être nécessaire de mettre en œuvre des mécanismes permettant de disposer d’un accès de secours. La mise en place de ce second lien nécessite la mise en place d’outils pour assurer le fonctionnement sur ces deux liens (routage dynamique, répartiteur de liens, SDWAN…). Il faut également prendre en compte le fonctionnement attendu : le cas le plus simple est généralement l’actif / passif. Un seul lien est utilisé pendant que le lien de secours est dormant.

 

Le prix

Le dernier critère est le coût de la solution répondant au mieux aux critères précédents. En effet, ce coût peut être important. La richesse des offres disponibles est variable selon la région. Dans les zones denses, les opérateurs sont généralement nombreux et concurrents ce qui permet d’avoir des offres plus nombreuses, mais ce n’est pas une généralité.

 

 

L’évolution des usages

Pour bien estimer les critères de choix précédents, il convient de prendre en compte les changements d’usage.

 

Si on revient quelques années en arrière, les données, les applications étaient dans des Datacenters connectés avec des liens dédiés (MAN, MPLS…) voire hébergées sur place, mais les offres de service en cloud changent ce paradigme. Il est fréquent d’avoir une partie, voir l’ensemble de ses outils dans les cloud ou dans des offres de type Saas (Software As A Service). Dans ce cas, l’accès internet n’est plus un lien pour les échanges externes à l’entreprise, mais devient un moyen interne de communication entre les utilisateurs et les ressources.

 

Cela change deux éléments majeurs :

 

  • La criticité de l’accès internet : auparavant, une perte pouvait dans bien des cas être acceptable car elle n’empêchait pas de travailler, certes elle limitait les échanges avec des clients et les fournisseurs, mais bien souvent cela était tolérable. Avec ces services cloud, est-ce bien toujours le cas ?

 

  • L’utilisation du lien internet est également changée. Auparavant, avoir un débit dégradé pour l’émission des messages mails pendant que les salariés effectuaient des recherches d’informations sur internet pouvait être acceptable, mais avec l’utilisation de solutions Saas et cloud, cela ne l’est plus. Les outils collaboratifs, que nous utilisons de plus en plus nécessitent une bonne réactivité. Travailler sur un document de manière collaborative sans voir en temps réel les actions réalisées limite l’intérêt de l’outil. C’est encore plus marqué sur les outils de visioconférence et de VoIP (Voice over IP). La qualité de la liaison devient primordiale.

 

Ces deux points montrent le besoin d’adapter son infrastructure d’accès internet lors des changements de fonctionnements.

 

L’augmentation du recours au télétravail peut également avoir un impact significatif sur l’usage des liens internet.  Selon son fonctionnement, les utilisateurs accèdent aux ressources hébergées en data center par des liens, des accès dédiés depuis les locaux de l’entreprise. Avec le télétravail, ces accès passent par internet. Ce changement de cinématique de communication impacte la consommation de ce lien.

Si l’entreprise utilise les services cloud et Saas, ce changement de fonctionnement ne devrait pas avoir d’impact significatif, les acteurs du marché ayant des capacités d’évolutions très rapides.

 

Pour bien choisir sa solution d’accès internet, il convient donc de bien connaître son usage, ses applications et le positionnement des applications. La richesse des offres peut être déroutante lors du choix, mais les critères indiqués devraient en simplifier la lecture.

 

 

 

 

Articles associés

Tout savoir sur le SDN : « Software Defined Networking »

6 mai 2022
Les nouvelles techniques d’automatisation du réseau se multiplient. Aujourd’hui le traitement de données et l’acheminement des paquets, au sein d’un réseau automatisé ou programmable, sont gérés par le biais d’un contrôleur centralisé. Ces technologies ont participé à l’expansion rapide de l’infrastructure réseau, nécessaire pour prendre en charge la croissance exponentielle du trafic généré, et l’ont […]

Bien choisir son accès internet

22 décembre 2021
De nos jours, toutes les entreprises disposent d’un accès internet, mais comment bien le choisir ?   Avant d’aborder quelques principes permettant d’aiguiller le choix, il convient de rappeler les éléments techniques primordiaux dans les accès internet.   Le premier est la latence, que l’on peut résumer au temps mis pour qu’un message aille de […]
Partager cet article
Derniers articles

Tout savoir sur le SDN : « Software Defined Networking »

Les nouvelles techniques d’automatisation du réseau se multiplient. Aujourd’hui le traitement de données et l’acheminement des paquets, au sein d’un réseau automatisé ou programmable, sont gérés par le biais d’un contrôleur centralisé. Ces technologies ont participé à l’expansion rapide de l’infrastructure réseau, nécessaire pour prendre en charge la croissance exponentielle du trafic généré, et l’ont […]

L’évolution d’Abi chez AURA IT, l’histoire d’une alternance réussie

Depuis combien de temps fais-tu partie du Groupe iDNA ? Cela sera ma 4e année en septembre, j’y ai passé 3 ans en alternance qui ont débouché sur la signature de mon premier CDI chez AURA IT, entité du groupe iDNA !   Comment s’est passée ton alternance ? Elle s’est très bien passée, j’ai […]

Amine vole avec les aigles

Flying with eagles est un court métrage qui retrace en 52 minutes les coulisses du premier stage du match de l’équipe nationale tunisienne de football américain en Tunisie ! Équipe dont Amine est le co-fondateur, et président. À l’occasion de sa sortie, voici une petite interview de notre toute nouvelle « star » internationale du Foot US.   […]

Le SIEM dans tous ses états

Certains prédisent sa disparition, et brandissent les SOAR (Security Orchestration, Automation and Response) et XDR (eXtended Detection and Response) comme la solution à tous nos problèmes. Avant de parler des petits nouveaux, commençons par un rapide état des lieux. Les principaux reproches que l’on fait habituellement au SIEM sont qu’il est trop complexe, génère trop d’alertes, […]