Sandra Zarlowski

Comment mettre en place un DCIM ? (1/2)

Le DCIM (Data center infrastructure management) est une solution de gestion de l’infrastructure d’un datacenter ou centre de données. L’implantation d’un logiciel DCIM permet aux gestionnaires d’avoir une vision consolidée de leurs Datacenter et des salles IT sur l’ensemble des composants : gestion des opérations et des changements, suivi de la puissance et de l’énergie, contrôle de l’environnement thermique, gestion de l’espace physique, gestion du câblage et de l’urbanisation…

Toutefois comme pour toute mise en oeuvre d’outil IT, la réussite de l’implémentation d’un DCIM nécessite du temps, une volonté d’entreprise et des utilisateurs, ainsi qu’une attention particulière basée sur des étapes clefs.

Échanger sur les objectifs du DCIM avec toutes les parties prenantes

Le Datacenter est une ressource critique pour les organisations : son fonctionnement et ses performances intéressent différentes directions (Immobilier, Finance, Informatique, Sureté, …) avec des objectifs et des attentes parfois différents.

Par conséquent, tous les impacts métiers doivent être compris et intégrés dans un projet de DCIM. Pour cela, des échanges francs et complets avec les services utilisateurs sont nécessaires via des ateliers de cadrage et des présentations des fonctionnalités qu’apporte un DCIM. Il est aussi très important de rappeler ce que ne fait pas un DCIM, afin d’éviter la mise en oeuvre de solutions complexes et inefficaces.

Définir un périmètre et un planning réalistes

La définition et la priorisation des attentes sont également primordiales : une fois les fonctionnalités attendues définies, il est important de les classer par priorité (obligatoire ou souhaitable) et par complexité, par rapport aux objectifs que vous souhaitez atteindre.

Lors de la mise en place d’un DCIM sur un Datacenter existant, le client a souhaité mettre en place en priorité la gestion des câbles réseau mais en omettant la charge que cela comportait de faire tout l’inventaire du réseau mis en place. Le déploiement du projet a mis 3 mois de plus que prévu et a utilisé des ressources humaines non-prévues en décourageant les équipes.

Par ailleurs, la planification du projet et le suivi budgétaire se doivent d’être réalistes, en s’appuyant par exemple sur des expériences similaires et sur des experts du sujet. Ainsi un lotissement des fonctionnalités peut être fait, afin de découper la mise en oeuvre en lots plus simples à réaliser.

Documenter les outils et processus existants

Avant d’installer un nouveau système pour maintenir et gérer un datacenter, il faut en général commencer par documenter ou formaliser ce qui est déjà en place afin d’avoir de bonnes bases de départ : un outil ne remplacera jamais les procédures. Cela s’appelle la gouvernance du Datacenter.

L’établissement de cette gouvernance est primordiale. Elle intégrera autant les processus de la partie IT que la partie bâtimentaire.

La documentation des outils est une des plus grandes étapes au vu des différentes expériences de sociétés finales ou de conseils.

Un autre client croyait que la mise en place de l’outil allait lui décliner sa gouvernance, donc de fait, également ses procédures : l’outil a été par la suite abandonné car il ne reprenait pas les vrais modes de fonctionnement des équipes.

Dans l’organisation des sociétés, la grande majorité des activités de gestion et d’exploitation de Datacenter est faite, seul le formalisme manque.

Intégrer le DCIM aux SI existants

Un DCIM efficace est en interaction avec différents systèmes existants tels que l’outil de gestion des changements, la CMDB, la Gestion Technique de Bâtiment ou centralisée (GTB ou GTC) et la remontée des consommations électriques.

Aussi, un point de vigilance particulier doit être posé, pour réussir l’intégration et l’interfaçage du DCIM avec les différents Systèmes d’information, sans complexifier à outrance le DCIM.

Dans tous les cas, il faut que toutes ces interfaces soient automatisées sans ressaisie d’informations ; cela induit une perte de temps, des erreurs et surtout une démotivation des ressources !

La suite dans un prochain article mais si vous êtes impatient(e), n’hésitez pas à nous contacter pour en discuter : contact@idna.fr

Articles associés

to be or not to be ?

6 février 2020
La haute disponibilité est un enjeu important pour les infrastructures informatiques. Une étude de 2007 estime que la non-disponibilité des services informatiques peut avoir un coût de 440 000 euros de l’heure Lors de la construction d’un Datacenter, l’infrastructure est conçue en tenant compte de cet enjeu ; les architectes IT doivent pouvoir concevoir leurs […]

Comment réussir le déploiement d’un DCIM ? (2/2)

13 août 2019
Dans un article précédent, je vous expliquais la marche à suivre pour vous lancer dans la mise en place d'une solution DCIM...
Partager cet article
Derniers articles

La continuité d’activité face à la pandémie

  Le Coronavirus ou COVID-19, qui touche une grande partie des pays en ce moment, met à l’épreuve les services informatiques et les infrastructures de toutes les sociétés. Les Plans de Continuité d’Activité (PCA), quand il y en a !, sont tous testés grandeur nature actuellement, et parfois dans une situation non prévue, ou dont la […]

Ransomware, sont ils inéluctables?

Une municipalité, un hôpital, une chaîne de télévision, un constructeur automobile, un groupe de lingerie et un fabriquant de charcuterie, aucun rapport a priori ? Eh bien le dénominateur commun est qu’ils ont tous été victimes d’une attaque par ransomware et ont vu tout ou partie de leurs services paralysé, ou a minima fortement perturbé, […]

Sécurisation des accès réseaux, un enjeu majeur pour les entreprises

Les entreprises d’aujourd’hui sont confrontées à une croissance exponentielle du nombre d’équipements interconnectés au sein de leurs réseaux informatiques : Téléphone IP, switches, routeurs,  PC de bureau, ordinateurs portables, photocopieurs, caméras IP, des objets IoT (l’Internet des objets), équipements de visioconférences, ainsi qu’une multitude de mode d’accès à leurs réseaux internes qu’il faudra sécuriser, allant […]

to be or not to be ?

La haute disponibilité est un enjeu important pour les infrastructures informatiques. Une étude de 2007 estime que la non-disponibilité des services informatiques peut avoir un coût de 440 000 euros de l’heure Lors de la construction d’un Datacenter, l’infrastructure est conçue en tenant compte de cet enjeu ; les architectes IT doivent pouvoir concevoir leurs […]