Richard Hennebo

iDNA se prend au jeu !

Récemment, nous avons rencontré Cédric, créateur d’un jeu de société, qui cherchait
des volontaires pour l’aider à le tester et à l’améliorer. Comment refuser une si
belle occasion de s’amuser tout en étant utiles ?

Le but du jeu

Le but du jeu est de reprendre un journal de presse qui vivote et a bien du mal à décoller, parce que l’équipe en place n’a pas su correctement en gérer les priorités, les contraintes, et les ralentissements.

Concrètement, nous avons fait 2 équipes de 5 personnes qui devaient s’organiser pour que le journal paraisse dans les temps, tout en assurant certaines conditions sine qua non : pour chaque numéro, la publication de 4 actualités, 2 reportages etc.

Retours d’expérience

Rapidement, deux points importants se sont dégagés :

  • il fallait à la fois gérer l’urgence de la publication à court terme, et préparer les jours suivants, car le journal devait paraitre
    également sur la durée. Ou comment prendre en compte les limites et les contraintes d’un projet.
  • il était impossible de gérer tous ensemble chaque étape de publication, car nous devions publier chaque numéro en 5
    minutes. Il a donc fallu apprendre à faire confiance aux autres, et attribuer une responsabilité à chacun, sans que les autres
    interviennent (délégation, confiance) : l’approvisionnment en missions de départ, la phase d’étude de ces missions, puis leur
    réalisation et leur validation. Sachant qu’il était interdit d’alimenter les premières étapes, tant que la validation finale n’était
    pas réussie (gestion des dépendances).

Point positif, le jeu dure suffisamment longtemps pour que l’on parvienne à comprendre ses erreurs et améliorer sa stratégie d’un tour à l’autre.

De plus, au fur et à mesure, la stratégie des 2 équipes s’est clairement différenciée : dans l’une, un leader s’est naturellement dégagé (alors qu’il est arrivé en cours de route, bravo à lui pour la très grande capacité d’adaptation !). Mais la contrainte de temps imposant réellement de se faire confiance, il a dû rapidement attribuer un rôle précis à chacun. Dans l’autre équipe pas vraiment de leader, et une stratégie moins marquée.

Un jeu très intéressant, à la fois challengeant et prenant !

A l’arrivée, 2 équipes avec 2 modes de fonctionnement distincts, et forcément une seule gagnante ! Conclusion : le collectif ne fonctionne pas sans leadership et le collaboratif a ses limites, surtout s’il ne repose pas sur un management clair et suffisamment directif.

Articles associés

Portrait de collaborateur : Julien, Directeur des Opérations chez iDNA

26 novembre 2020
Son parcours professionnel Julien a rejoint le groupe iDNA en mai 2017, en tant que Directeur de projet et est devenu en 2019 le Directeur des opérations. Il a débuté sa carrière professionnelle côté client, chez PSA Peugeot Citroën . En intégrant le service informatique, en tant que Responsable d’applications au cœur des systèmes d’information […]

La continuité d’activité face à la pandémie

31 mars 2020
Partager cet article
Derniers articles

Attaque informatique de grande ampleur à la Métropole Aix-Marseille-Provence

Quels sont les nouveaux systèmes de refroidissement au sein des Datacenters ?

Portrait de collaborateur : Julien, Directeur des Opérations chez iDNA

Son parcours professionnel Julien a rejoint le groupe iDNA en mai 2017, en tant que Directeur de projet et est devenu en 2019 le Directeur des opérations. Il a débuté sa carrière professionnelle côté client, chez PSA Peugeot Citroën . En intégrant le service informatique, en tant que Responsable d’applications au cœur des systèmes d’information […]

IoT : et la sécurité ?

Les fonctions de l’IoT L’internet des objets (IoT) se développe au sein des foyers et de plus en plus dans les entreprises. On y trouve des détecteurs de présence, des tablettes de réservation de salle, des écrans de signalétique, des lecteurs de badge etc. Ces dispositifs sont souvent reliés à d’autres composants du SI diffusant […]