Jean-Francois Beauzel

Le SIEM dans tous ses états

Certains prédisent sa disparition, et brandissent les SOAR (Security Orchestration, Automation and Response) et XDR (eXtended Detection and Response) comme la solution à tous nos problèmes. Avant de parler des petits nouveaux, commençons par un rapide état des lieux. Les principaux reproches que l’on fait habituellement au SIEM sont qu’il est trop complexe, génère trop d’alertes, ou ne détecte rien. Les équipes SOC se retrouvent surchargées par des alertes de faible niveau qui finissent ignorées, ne comprennent pas forcément les alertes remontées ou ont du mal à les analyser.

 

A cela, les managers et les équipes SOC envisagent l’automatisation des process comme solution, et l’on voit déjà les SOAR pointer le bout de leur nez pour répondre à ce besoin. Mais soyons pragmatiques, que voulons-nous automatiser ? L’ouverture de tickets et leur affectation aux équipes concernées ? Les SIEM permettent déjà de s’interfacer avec des outils de ticketing ou ITSM, et proposent généralement des interfaces API pour ceux qui ne seraient pas directement intégrés. L’automatisation d’action de remédiation ? Oui mais laquelle ? Les SIEM proposent déjà de la même façon de réaliser des actions simples de blocages de manière autonome, avec les outils qui le permettent via API. Certes, le SOAR permet d’aller beaucoup plus loin, et de mettre en œuvre des chaines de décision plus complexes, mais avez-vous déjà exploré à fond ce que votre SIEM peut déjà faire de manière native ? Avez-vous la maturité et les équipes pour mener cela à bien ?

 

Au-delà du traitement de ces alertes, aujourd’hui on retrouve encore et toujours les mêmes règles de détection qui encombrent les équipes. Prenons ce que l’on retrouve encore et toujours, les alertes sur les détections des anti-malwares, ou les attaques de type brutes forces. Dans le cas des premières, est-il utile de les traiter si elles sont bloquées par les outils, qu’elles ne se répètent pas à l’infini sur le même poste ou ne semblent pas atterrir sur une multitude de postes ? Et si l’on parle des attaques brutes forces, est-il utile de s’en inquiéter si le compte est désactivé, le mot de passe a expiré ou si cela ne se finit tout simplement pas par une connexion réussie ? Alors oui, certains me répondront avec les XDR, et leurs capacités de « Machine Learning », voire d’intelligence artificielle.

 

Pourtant une simple revue de l’efficacité de ces règles de détection, et leur optimisation, permettrait déjà de faire un premier niveau de tri. Cette année encore je me suis retrouvé face à une règle de détection sur des attaques Kerberoast qui se basait, uniquement, sur un seuil de génération de ticket par un seul et même asset, sans tenir compte d’autres marqueurs tels que le type de chiffrement demandé. Il est également possible de mettre en place des règles complexes, basées sur le nombre de détections émises par un asset ou une identité sur un temps donné, et de se servir de cela pour détecter une attaque en cours grâce aux signaux faibles.

 

Enfin, n’oubliez pas que ces outils se basent sur des évènements générés par d’autres. Et ce point est crucial car l’efficacité de détection des outils de corrélation vient de la qualité de vos logs, de la complétude des informations autant que de leur format.

 

Voilà, maintenant que tout cela est dit, comment avancer ? Déjà, en vous posant la question de ce que vous souhaitez détecter, quels sont vos risques et attaques redoutées. Avez-vous les outils et les données permettant de suivre cela, est-ce que ces informations remontent dans votre SIEM ? Ensuite, en mesurant les performances, les faux positifs générés par un scénario de détection, les règles de détection qui ne remontent jamais d’incident, etc. N’hésitez pas à tester vos scénarios de détection, et à remettre en cause leur pertinence vis-à-vis des attaques que l’on voit poindre régulièrement.

 

Les plus chagrins me répondront qu’ils n’ont pas les ressources humaines pour faire tout cela, qu’ils n’arrivent pas à trouver les compétences. Et si cet argument est une réalité qui se pose à l’ensemble du monde de la cybersécurité, pensez-vous réellement que vous trouverez plus de compétence sur les SOAR et les XDR ? Ne vous y trompez pas, il ne s’agit pas uniquement d’intégrer ces solutions, mais également de les faire vivre dans le temps.

Articles associés

PCA, PRA, PCI, PRI, PCC : Stop à la confusion

28 octobre 2022
En 2020, la crise sanitaire du COVID a mis toutes les sociétés à rude épreuve. Les moins structurées ont eu du mal à gérer leurs processus les plus essentiels et à s’organiser afin d’éviter des pertes financières considérables. Travaillant alors au sein d’un organisme certifié ISO 27001 dont l’une des exigences était notamment la mise […]

Votre clé USB peut-elle donner l’accès à votre système d’information ?

31 mai 2022
D’aucuns diront qu’elle est « le Cloud à portée de main » (jusqu’à plusieurs téraoctets de données disponibles à volonté), la clé USB est aujourd’hui la solution phare de stockage de masse au format poche. À l’origine de ce succès, l’effet combiné de la formidable expansion des capacités disponibles sur mémoire flash (multiplié par 2000 en moins […]
Partager cet article
Derniers articles

PCA, PRA, PCI, PRI, PCC : Stop à la confusion

En 2020, la crise sanitaire du COVID a mis toutes les sociétés à rude épreuve. Les moins structurées ont eu du mal à gérer leurs processus les plus essentiels et à s’organiser afin d’éviter des pertes financières considérables. Travaillant alors au sein d’un organisme certifié ISO 27001 dont l’une des exigences était notamment la mise […]

La nouvelle gestion des ressources humaines

Tout le monde en parle : depuis la crise covid, plus rien n’est comme avant – mais concrètement, qu’est-ce qui a changé ?   Tout d’abord, le recrutement. Dans le secteur de l’IT, il est considéré comme difficile depuis toujours, mais depuis un an ou deux, tous les secteurs sans exception semblent rencontrer des difficultés à embaucher […]

Votre clé USB peut-elle donner l’accès à votre système d’information ?

D’aucuns diront qu’elle est « le Cloud à portée de main » (jusqu’à plusieurs téraoctets de données disponibles à volonté), la clé USB est aujourd’hui la solution phare de stockage de masse au format poche. À l’origine de ce succès, l’effet combiné de la formidable expansion des capacités disponibles sur mémoire flash (multiplié par 2000 en moins […]

Tout savoir sur le SDN : « Software Defined Networking »

Les nouvelles techniques d’automatisation du réseau se multiplient. Aujourd’hui le traitement de données et l’acheminement des paquets, au sein d’un réseau automatisé ou programmable, sont gérés par le biais d’un contrôleur centralisé. Ces technologies ont participé à l’expansion rapide de l’infrastructure réseau, nécessaire pour prendre en charge la croissance exponentielle du trafic généré, et l’ont […]