Denis Demontes

La reconnaissance faciale est-elle le nouveau Big Brother?

Il n’y a pas si longtemps, pouvoir identifier de manière automatique les personnes qui transitaient par une rue, les suivre, tracer leurs mouvements et dépenses à travers leurs achats, connaître leurs états d’âme, leurs origines, leur genre, relevait de la science fiction. Cette technologie qui permet tout cela aux autorités, et pas uniquement, est parmi nous : nous rentrons dans l’ère Big Brother. Faut-il se cacher?

Rekognition est un outil de reconnaissance faciale en ligne qui fonctionne avec des vidéos et des photos et permettant aux utilisateurs de comparer les figures qui s’y trouvent à des personnes scannées au préalable dans une base de données.

L’outil donne un résultat exprimé en points de confiance (confidence score), c’est à dire la probabilité que l’identification soit correcte.

De plus, l’outil peut aussi être utilisé pour détecter le type de contenu, suggérer si le sujet en question est un homme ou une femme, déduire l’état d’âme de la personne et détecter s’il y a du texte et le transcrire pour analyse.

Mais tout n'est pas rose dans le monde de l'innovation.

Effectivement les groupes de défense de droits civils considèrent cet outil comme peut-être la technologie la plus dangereuse jamais développée au point que même des actionnaires d’Amazon, le créateur de Rekognition, ont demandé une halte aux ventes de l’outil.

Regardons de plus près cette situation.

Amazon recommande que les agences gouvernementales qui utilisent ce service le fassent seulement lorsque le pourcentage de confiance de 99% ou supérieur est atteint et qu’ils le fassent en toute transparence. Ceci ne semble pas être le cas, du moins aux Etats-Unis où différentes forces de police l’utilisent même contre des portraits robots de suspects et non pas des photos.

Mais la problématique ne s’arrête pas là, les algorithmes d’Amazon sont aussi au centre de la tourmente car ils sont considérés comme partiaux.

Concrètement, une étude du Massachussetts Institute of Technology (MIT) et l’Université de Toronto suggère que l’algorithme ne réagit pas de la même façon selon les genres et de races. Cette étude indique que Rekognition a 0% d’erreur lorsqu’il s’agit de classer des hommes à peau blanche, et de l’ordre de 30% d’erreurs à classer des femmes de couleur.

Pouvons-nous donc nous fier à ces résultats? L’utilisation de cette technologie doit-elle être réglementée et par qui, Amazon ou les Etats ? Le déploiement de la technologie dans les villes est-elle une intrusion dans la vie privée des citoyens?

En conclusion

L’utilisation de cette technologie soulève beaucoup de controverses, typiques lors de l’apparition de nouvelles inventions, il est donc impératif que les différents gouvernements mettent en place une réglementation (comme en Californie) pour assurer la liberté des citoyens et la bonne utilisation de l’outil.

iDNA, forte de son expérience en sécurité, aide ses clients à naviguer dans le monde des nouvelles technologies et leur impact dans la gouvernance, le respect des organismes régulateurs et la conformité en général.

Articles associés

Ransomware, sont ils inéluctables?

24 mars 2020
Une municipalité, un hôpital, une chaîne de télévision, un constructeur automobile, un groupe de lingerie et un fabriquant de charcuterie, aucun rapport a priori ? Eh bien le dénominateur commun est qu’ils ont tous été victimes d’une attaque par ransomware et ont vu tout ou partie de leurs services paralysé, ou a minima fortement perturbé, […]

Réseau et Sécurité, amalgame pour un échec

9 janvier 2020
Certains penseront que je suis parfois un peu négatif, ceux qui me connaissent savent que ce n’est pas totalement faux, mais le raccourci réseau = sécurité perdure encore et ce pour le meilleur, mais surtout pour le pire. Certes, et je suis le premier à le dire, maîtriser totalement les flux entrant et sortant de […]
Partager cet article
Derniers articles

La continuité d’activité face à la pandémie

  Le Coronavirus ou COVID-19, qui touche une grande partie des pays en ce moment, met à l’épreuve les services informatiques et les infrastructures de toutes les sociétés. Les Plans de Continuité d’Activité (PCA), quand il y en a !, sont tous testés grandeur nature actuellement, et parfois dans une situation non prévue, ou dont la […]

Ransomware, sont ils inéluctables?

Une municipalité, un hôpital, une chaîne de télévision, un constructeur automobile, un groupe de lingerie et un fabriquant de charcuterie, aucun rapport a priori ? Eh bien le dénominateur commun est qu’ils ont tous été victimes d’une attaque par ransomware et ont vu tout ou partie de leurs services paralysé, ou a minima fortement perturbé, […]

Sécurisation des accès réseaux, un enjeu majeur pour les entreprises

Les entreprises d’aujourd’hui sont confrontées à une croissance exponentielle du nombre d’équipements interconnectés au sein de leurs réseaux informatiques : Téléphone IP, switches, routeurs,  PC de bureau, ordinateurs portables, photocopieurs, caméras IP, des objets IoT (l’Internet des objets), équipements de visioconférences, ainsi qu’une multitude de mode d’accès à leurs réseaux internes qu’il faudra sécuriser, allant […]

to be or not to be ?

La haute disponibilité est un enjeu important pour les infrastructures informatiques. Une étude de 2007 estime que la non-disponibilité des services informatiques peut avoir un coût de 440 000 euros de l’heure Lors de la construction d’un Datacenter, l’infrastructure est conçue en tenant compte de cet enjeu ; les architectes IT doivent pouvoir concevoir leurs […]