Jean-Francois Beauzel

Mais quel(le) ******, pourquoi il(elle) a cliqué dessus…

Cette phrase, combien de fois je l’ai entendue, et parfois utilisée. Des histoires d’utilisateurs qui ont ouvert un lien, un fichier ou une archive contenant une charge virale, nous en avons tous entendu ou vécu.

Mais prenons les choses sous un angle différent, pourquoi n’aurait-il pas dû cliquer? Après tout, ce qui est naturel pour un professionnel de l’IT, et a fortiori un expert en sécurité, est-ce si naturel que cela pour un utilisateur ? La question se pose réellement, car comment pouvons nous reprocher à un utilisateur d’être tombé dans le piège d’un phishing si nous n’avons pas pris la peine de former les gens, de communiquer sur le sujet. Après tout, il connait l’expéditeur, qui lui a souvent envoyé des fichiers Word ou PDF, alors pourquoi cette fois-ci il n’aurait pas dû ?

C’est comme faire offrir le petit déjeuner a un(e) collègue, en envoyant un email parce qu’il n’a pas verrouillé sa session, c’est devenu un sport de bureau, mais qu’en est-il de la perception du risque? Du vol de donnée(s) ? “Mais je ne me suis absenté(e) qu’une minute, tu n’aurais pas pu voler grand chose” ou le, “Non, mais je t’ai vu approcher du clavier”.

Pour qu’il y ait une vraie prise de conscience des employés, il est indispensable de faire des campagnes de communication et de sensibilisation régulières. Mais surtout de s’assurer que le message ne reste pas une consigne incomprise, en mettant en avant des exemples de cas concrets qui sont redoutés. Même sans entrer dans les détails, une démonstration de prise en main d’un poste, ou de déploiement d’un malware, peut permettre aux utilisateurs de mieux appréhender la menace et le risque qui en découle.

Au-delà de la prévention, prendre le temps de discuter avec un utilisateur dont le poste a été compromis, comprendre ce qu’il a fait, lui expliquer son erreur et ce qu’il s’est passé est, de ma propre expérience, réellement bénéfique. Expliquer plutôt que de stigmatiser, cela peut transformer un utilisateur imprudent en un ambassadeur de la sécurité auprès de ses collègues.

Une campagne de sensibilisation ne coûte qu’une fraction des sommes investies annuellement dans l’implémentation et le maintien en condition opérationnelle de vos outils de sécurité. Alors la prochaine fois que vos mécanismes de défenses seront mis à mal par un utilisateur inconscient de la menace, demandez-vous si vous avez investi correctement pour le sensibiliser.

Si le sujet vous intéresse, n’hésitez pas à nous contacter pour en discuter :
contact@idna.fr
aurore.malpel@idna.fr

Articles associés

Attaque informatique de grande ampleur à la Métropole Aix-Marseille-Provence

21 décembre 2020

“Zero Trust”, la bonne résolution post-confinement ?

15 septembre 2020
Ce n’est un secret pour personne, la cyber-criminalité a été particulièrement onéreuse pour les entreprises en 2019, qui ont vu le coût moyen des incidents (ou cyber-attaques) passer de 3 M€ à 4,6 M€. Entre les ransomware, virus, malwares, chevaux de Troie (trojans) et diverses campagnes de phishing, il y a fort à faire pour […]
Partager cet article
Derniers articles

Attaque informatique de grande ampleur à la Métropole Aix-Marseille-Provence

Quels sont les nouveaux systèmes de refroidissement au sein des Datacenters ?

Portrait de collaborateur : Julien, Directeur des Opérations chez iDNA

Son parcours professionnel Julien a rejoint le groupe iDNA en mai 2017, en tant que Directeur de projet et est devenu en 2019 le Directeur des opérations. Il a débuté sa carrière professionnelle côté client, chez PSA Peugeot Citroën . En intégrant le service informatique, en tant que Responsable d’applications au cœur des systèmes d’information […]

IoT : et la sécurité ?

Les fonctions de l’IoT L’internet des objets (IoT) se développe au sein des foyers et de plus en plus dans les entreprises. On y trouve des détecteurs de présence, des tablettes de réservation de salle, des écrans de signalétique, des lecteurs de badge etc. Ces dispositifs sont souvent reliés à d’autres composants du SI diffusant […]